Navigation – Plan du site
Note de lecture

Le réseau des écoles de service public : une expérience originale des échanges interprofessionnels

Danièle Lamarque
p. 135-136
Référence(s) :

L’interprofessionnalité dans le service public- Le RESP, un réseau pour faire école, Christian Chauvigné, Françoise Guillot‑Le Queux, Christiane Marzelier, Presses de l’EHESP, Rennes, 2010

Texte intégral

1Dans L’interprofessionnalité dans le service public- Le RESP, un réseau pour faire école, publié en 2010 par les presses de l’École des hautes études en santé publique (EHESP), trois des principaux acteurs de cette expérience originale rendent compte de la genèse et des réalisations du réseau : Christian Chauvigné, responsable du Centre d’appui à l’amélioration continue de la qualité de l’EHESP, Françoise Guillot-Le Queux, inspecteur d’académie, et Christiane Marzelier, administrateure territoriale. Tous trois ont contribué activement à la création, à l’animation et au rayonnement du RESP.

2Le réseau est né de la conviction qu’au-delà des cultures, des spécificités de recrutement, de statut et de carrière, il existe des points communs entre les différents métiers de l’encadrement public, et que les échanges sont source d’enrichissement. Les problèmes complexes auxquels est exposée une société moderne ne se prêtent pas à une lecture unique: la maltraitance des enfants, pour prendre l’exemple d’un thème récurrent des sessions de formation du réseau, fait ainsi intervenir à la fois des policiers et des magistrats, des acteurs du secteur social ou local, et du système éducatif. Faire se rencontrer les cadres intervenant dans ces différents champs, leur permet de confronter leurs expériences et d’élargir leurs approches.

3Le réseau naît dans les années 1980 lorsque plusieurs des écoles de cadres publics commencent à organiser des sessions communes de formation. Le succès de ces rencontres conduit les promoteurs du réseau à officialiser le dispositif. Le RESP est alors constitué en 1996 entre 11 écoles intervenant dans le secteur de la santé et du social, de la justice, de la police, de l’éducation, des finances et des collectivités territoriales. Quinze ans plus tard, le chemin parcouru est spectaculaire: le réseau regroupe 39 écoles, dispose d’un site internet (www.resp-fr.org) et d’un secrétariat permanent à l’EHESP. Il a offert près de 400 sessions de formation à plus de 10000 élèves et stagiaires en formation initiale. Des formations sont également proposées en formation continue, avec les rencontres interprofessionnelles du service public (RISP). Sa reconnaissance en 2001 par la direction générale de l’administration et de la fonction publique, consacre son rôle de «think tank» et son aptitude à jouer le rôle de levier interne de la modernisation dans le cadre d’une «instrumentalisation librement consentie».

4Le fonctionnement du réseau est marqué par le pragmatisme et la souplesse : les directeurs des écoles membres se rencontrent une fois par an, des groupes de projet sont mis en place pour prendre en charge un thème ou une action. Cette adaptabilité n’empêche pas une réflexion soutenue sur les principaux enjeux de la formation des cadres publics, et une exigence de rigueur dans les réponses à leur donner. C’est ainsi qu’une attention particulière est apportée à la sélection et à l’analyse des thèmes de formation, à la formation des formateurs, à l’anticipation des nouveaux défis auxquels se trouve confrontée la fonction publique: la modernisation des services publics, l’intégration européenne ou la décentralisation, dans un premier temps; plus tard, la place des usagers ou le management.

5La dimension de la recherche n’est pas absente : le groupe «professionnalisation, études, recherches et formation» approfondit les méthodes d’analyse des compétences ou l’analyse des publics, et conduit des études sur les pratiques professionnelles des dirigeants.

6Le livre raconte l’histoire de ce réseau, sa naissance, sa construction progressive, les enthousiasmes et les refus, les obstacles et les avancées, les interrogations qui demeurent. On devine les réticences qu’il a suscitées, on perçoit la fierté d’avoir ébranlé les corporatismes et développé la transversalité. Les auteurs privilégient cependant le témoignage et les exemples concrets, afin d’éclairer la dynamique du réseau et les caractéristiques de l’interprofessionnalité.

7Le réseau des écoles du service public illustre en effet des problématiques qui sont au cœur de la formation des cadres publics. Il établit des passerelles entre des mondes souvent cloisonnés, leur permet de mieux se connaître et de développer une approche plus ouverte et mieux informée des problèmes de société qu’ils sont appelés à traiter. Il éclaire, et renforce, le processus de professionnalisation, par lequel un individu accède aux compétences nécessaires à l’exercice de sa profession et s’identifie aux normes et aux valeurs du groupe social dans lequel il s’insère. En développant une approche pluridisciplinaire, en privilégiant les expériences de terrain, en confrontant les pratiques de cadres en situation de direction, le réseau a contribué à fonder une culture professionnelle et à faire évoluer les dispositifs de formation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Lamarque, « Le réseau des écoles de service public : une expérience originale des échanges interprofessionnels », Politiques et management public [En ligne], Vol 29/1 | 2012, mis en ligne le 26 juin 2014, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://pmp.revues.org/4654

Haut de page

Auteur

Danièle Lamarque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© 2012 IDMP/Lavoisier SAS. Tous droits réservés

Haut de page